Naviguer dans le paysage de l’indemnisation des accidentés du travail au Canada

Le 6 avril 2022

Partager sur LinkedIn Partager sur Facebook Partager sur X

Par Dan Ogale, vice-président principal, Indemnisation des accidentés du travail, Canada

Sedgwick est surtout connu au Canada pour ses pertes de biens Règlement de sinistres et les services connexes, mais saviez-vous que nous sommes également l’un des principaux tiers administrateurs canadiens (APT) dans le domaine de l’indemnisation des accidents du travail (WC) ?

Bon nombre des demandes de renseignements que nous recevons au sujet de l’indemnisation des accidentés du travail au Canada proviennent d’employeurs basés aux États-Unis qui ont des employés au nord de la frontière et qui ne connaissent pas très bien les rouages du système canadien. Ce blogue vise à renseigner les lecteurs sur le paysage de l’indemnisation des accidentés du travail au Canada et à souligner les avantages d’avoir un partenaire canadien de l’APP.

Comparaison des systèmes d’indemnisation des accidentés du travail américains et canadiens

Tout comme le WC est légiféré au niveau de l’État (par opposition au niveau fédéral) aux États-Unis, il est obligatoire au niveau de la province / territoire équivalent au Canada. Cependant, contrairement à la privatisation que l’on trouve dans la plupart des États américains, le régime canadien d’indemnisation des accidents du travail fonctionne de la même façon que ceux qui ont des fonds d’État monopolistiques appartenant au gouvernement, comme l’Ohio et l’État de Washington.

Les employeurs canadiens obtiennent une protection contre les accidents du travail en versant des primes aux commissions des accidents du travail (CAT) dans les provinces et territoires où ils ont des employés. Ces commissions sont réglementées dans tout le pays, et chacune a son propre ensemble de règles sur le processus de réclamation des accidents du travail. Les commissions déterminent les taux d’indemnisation des accidentés du travail facturés aux employeurs en fonction de leurs registres de paie. Les employeurs canadiens ne peuvent pas souscrire une couverture de TT auprès d’un assureur ou s’assurer eux-mêmes leurs programmes de TSC.

L’une des principales différences dans l’indemnisation des accidentés du travail entre le Canada et les États-Unis est le principal facteur de coût. Alors que les coûts médicaux associés au traitement des travailleurs blessés et malades sont la principale source de dépenses d’indemnisation des accidents du travail aux États-Unis, les indemnités de temps perdue versées aux travailleurs sont à l’origine de la plupart des coûts au Canada. Bien qu’il existe un système de soins de santé universel au Canada, les coûts associés aux soins médicaux pour les blessures et les maladies professionnelles sont inclus dans les états des coûts des employeurs.

Une autre distinction est que le Canada n’a pas le même type d’exigences en matière de délivrance de permis propres à une juridiction que les États-Unis pour ceux qui traitent les demandes d’indemnisation des accidents du travail. Au Canada, ces professionnels sont souvent appelés « consultants », par opposition aux « examinateurs » ou aux « experts en sinistres », et jouent un rôle consultatif plus important que leurs homologues américains.

Ce qu’un TPA canadien peut faire pour vous

Dans de nombreuses organisations, le paiement des primes d’indemnisation des accidents du travail est une fonction du service des ressources humaines ou de la comptabilité. Il en résulte souvent une mauvaise surveillance interne des réclamations. Un APM expérimenté peut aider les employeurs à s’y retrouver dans leurs demandes d’indemnisation des accidentés du travail qui sont administrées par les CAT provinciales. Au Canada, les APT assurent la liaison entre les employeurs et les CAT provinciales. Ils veillent à ce que les intérêts des employeurs soient pris en compte. Des APT efficaces aident leurs clients à réduire de manière proactive les coûts des demandes d’indemnisation des accidentés du travail, en utilisant des tactiques telles que l’identification des obstacles au règlement rapide des réclamations ; explorer les possibilités de transfert des pertes ; examiner les renseignements médicaux ; gérer les audiences, les arbitrages et les appels ; et la promotion d’un retour au travail en temps opportun , en particulier pour les demandes de prestations les plus susceptibles d’avoir une incidence sur les primes. Ils veillent également à ce que les employés des clients soient bien soignés à la suite d’une maladie ou d’une blessure liée au travail et reçoivent le soutien nécessaire pour atteindre un rétablissement maximal et un retour à la productivité.

Pour les organisations qui comptent des employés dans plusieurs provinces et territoires, il peut être utile d’avoir un partenaire national de l’APP qui connaît bien les diverses structures législatives et qui a de bonnes relations de travail avec chacune des CAT. Les organisations multinationales présentes au Canada peuvent également bénéficier d’un partenariat avec un ATS qui dispose de systèmes mondiaux de réclamations et de rapports pour faciliter l’utilisation et la capacité de produire des analyses de pommes à pommes des principaux indicateurs de rendement (KPI) à travers diverses géographies ; cela permet aux professionnels de la gestion des risques de mettre en œuvre plus efficacement des mesures de santé et de sécurité qui peuvent faire baisser les coûts de TT.

Voici quelques exemples qui démontrent la valeur que Sedgwick offre à ses clients canadiens :

  • Dans le cadre d’une prise de contrôle des réclamations ouvertes, nous avons commencé à en gérer une qui a commencé il y a deux ans, lorsque l’employé d’un client a été heurté par un véhicule appartenant à un autre employeur. L’employé a subi des blessures importantes, et la réclamation s’est rapidement approchée du plafond maximum de notre client d’environ 425 000 $. Notre client n’était pas au courant auparavant de la possibilité d’alléger les coûts de cette réclamation. Nous avons pu transférer tous les coûts de réclamation au propriétaire du véhicule, et 425 000 $ ont été crédités à notre client ! L’expérience et la connaissance de notre équipe de la législation provinciale ont permis à notre client de réaliser d’importantes économies dans ce cas.
  • L’employé d’un client s’est plaint de douleurs à la poitrine et à l’épaule au travail. Après un examen attentif de la demande, nous avons déterminé que l’incident n’était pas de nature professionnelle et avons donc demandé un refus ; toutefois, la CAT a autorisé la réclamation à aller de l’avant. Nous nous sommes opposés au nom de notre client et avons reçu peu de réponses de la CAT. Notre équipe a persisté dans le suivi et, des mois plus tard, la CAT a reconnu que la réclamation n’aurait jamais dû passer par le système d’indemnisation des accidents du travail. Le client a été en mesure de retirer cet incident de sa cote d’expérience annuelle, ce qui a réduit ses coûts de prime pour l’année suivante.
  • L’employé d’un client a subi une blessure au dos au travail et a été en congé pendant près de quatre mois. Nos spécialistes du WC ont découvert que l’employé avait une condition préexistante et ont demandé un allègement des coûts pour les deux derniers mois en raison de la période d’attente. Il a fallu près de 10 mois de travail avec la CAT, mais nous avons obtenu un recouvrement important des salaires. Par rapport aux frais de service annuels payés par le client, leur retour sur investissement (ROI) du partenariat avec nous sur cette réclamation était de plus de 200% !

Compte tenu de la complexité du paysage canadien, une APL expérimentée est un partenaire essentiel à avoir pour naviguer dans le système d’indemnisation des accidents du travail, contrôler les coûts et prendre bien soin des employés. Si vous souhaitez en savoir plus sur ce que Sedgwick peut faire pour votre programme canadien d’indemnisation des accidents du travail, n’hésitez pas à me contacter à [email protected].