Les bases de la responsabilité du fait des produits pour les demandes d'indemnisation des dommages corporels et matériels

25 janvier 2024

Partager sur LinkedIn Partager sur Facebook Partager sur X

Par Gary Wilson, directeur technique, Responsabilité, Royaume-Uni.

En tant qu'experts et gestionnaires de sinistres, nous sommes fréquemment confrontés à des réclamations portant sur des défauts ou des défaillances présumés de produits ou de services. Outre les obligations de droit commun et les contrats sur mesure conclus, il convient de tenir compte de la législation, selon que le demandeur est un consommateur ou une autre entreprise. Dans ce blog, nous mettons l'accent sur les droits et les protections des consommateurs en matière de biens et de services, ainsi que sur les nuances des réclamations interentreprises.

Réclamations des consommateurs

La loi de 2015 sur les droits des consommateurs (Consumer Rights Act 2015) regroupe les droits et recours précédemment prévus par un certain nombre de textes législatifs relatifs à la vente de biens et à la fourniture de services, ainsi qu'aux clauses abusives dans un contrat. En ce qui concerne les types de réclamations que nous rencontrons habituellement, la loi traite des cas où les marchandises sont considérées comme défectueuses d'une manière ou d'une autre. 

Biens 

L'ARC 2015 contient des clauses implicites(articles 9 à 18), qui prévoient notamment que les biens vendus doivent être.. :

  • De qualité satisfaisante ;
  • Adapté à leur usage particulier, c'est-à-dire un usage pour lequel des biens de ce type sont habituellement fournis, ou pour lequel les parties savaient que le consommateur avait l'intention de l'utiliser ; et
  • Tel que décrit.

Si l'une de ces conditions n'est pas respectée, l'ARC 2015 définit les recours dont dispose le consommateur(articles 19 à 24), qui exigent généralement du professionnel qu'il rembourse, répare ou remplace les biens. 

Nos services 

La fourniture de services est également abordée par la CRA 2015, qui contient des clauses implicites(articles 49 à 53) selon lesquelles ces services doivent être fournis :

  • Effectué avec un soin et une compétence raisonnables ;
  • Effectué conformément à toute information, verbale ou écrite, fournie au consommateur concernant le service à fournir ; et
  • Effectué dans un délai raisonnable.

Ce qui nous préoccupe le plus, c'est le droit du consommateur d'invoquer ces violations comme donnant lieu à une rupture de contrat, ce qui lui donne le droit d'exercer d'autres recours prévus par le droit des contrats, par exemple des dommages-intérêts(article 1(40 + 227) des notes explicatives). 

Toute tentative d'un professionnel d'insérer des clauses limitant sa responsabilité en cas de violation de ces clauses, entre autres, n'est pas contraignante pour le consommateur, c'est-à-dire qu'elle est en fait interdite(art. 31 + art. 57) dans toutes les circonstances, à l'exception d'un nombre très limité d'entre elles. La question se pose également de savoir si une clause est considérée comme abusive (articles 61 à 76), en particulier si, contrairement à l'exigence de bonne foi, elle crée un déséquilibre significatif entre les droits et obligations des parties dans le cadre du contrat, au détriment du consommateur.

La loi de 1987 sur la protection des consommateurs (CPA 1987) permet aux consommateurs d'intenter une action en justice en cas de défaut d'un produit sans qu'un contrat n'existe entre les parties. Son objectif général est de protéger les consommateurs contre les produits dangereux et la publicité mensongère. Elle leur donne également le droit de réclamer une indemnisation pour les blessures ou les dommages causés par des produits défectueux(article 2). À cet égard, elle impose une responsabilité stricte aux producteurs tels que définis à l'article 1(2), à ceux qui se présentent comme des producteurs et aux importateurs britanniques.

Il est essentiel de déterminer si l'assuré appartient à l'une de ces catégories pour toute enquête, à la fois pour déterminer s'il est responsable au sens strict ou si une autre partie est responsable et si la demande peut être redirigée. Bien que la LPC 1987 n'exige pas du consommateur qu'il fasse preuve de négligence, il doit prouver l'existence d'un défaut et ses effets. Dans la pratique, les producteurs et les importateurs peuvent souhaiter être étroitement associés à toute enquête médico-légale et l'engager sans délai en cas de doute sur la présence d'un défaut causal.

La LPC 1987 limite les dommages donnant lieu à une responsabilité (art. 5) au décès ou aux dommages corporels, ou à toute perte ou dommage causé à des biens destinés à l'usage, à l'occupation ou à la consommation privés. 

À bien des égards, la LPC 1987 est un meilleur outil pour les consommateurs lorsqu'ils souhaitent se plaindre d'un préjudice corporel ou matériel qu'ils estiment résulter d'un produit défectueux. Il leur permet parfois de contourner une chaîne contractuelle/fournisseuse alambiquée, même si cela ne les empêche pas d'engager des recours contractuels en vertu de l'ARC 2015 à la place ou de manière équivalente.

Réclamations interentreprises (B2B)

La majeure partie de la loi sur la vente de marchandises de 1979 (SGA 1979) et de la loi sur la fourniture de biens et de services de 1982 (SGSA 1982) s'applique toujours aux contrats interentreprises, mais il convient de noter que seuls lesarticles 11A à 11L de cette dernière loi, relatifs à la fourniture de marchandises, s'appliquent en Écosse.

Le SGA 1979 définit des conditions implicites(art. 10 à 14), parmi lesquelles le fait que les marchandises doivent être d'une qualité satisfaisante, compte tenu de facteurs tels que la sécurité et la durabilité, pour n'en citer que quelques-uns. 

La SGSA 1982 contient des exigences similaires concernant le transfert ou la location de biens, ainsi que la fourniture de services(articles 12 à 16). Les conditions implicites comprennent l'obligation pour le fournisseur d'exécuter le service avec un soin et une compétence raisonnables et dans un délai raisonnable.

Bien entendu, le respect de ces conditions est subjectif et il est important d'examiner attentivement les dispositions contractuelles personnalisées conclues entre les parties dans un contrat donné. Dans les relations interentreprises, les parties disposent d'une plus grande marge de manœuvre pour conclure des contrats comme elles l'entendent et façonner la répartition des risques et des responsabilités, sous réserve des dispositions de la loi de 1977 sur les clauses abusives dans les contrats (UCTA 1977). Par exemple, il n'est pas possible d'exclure la responsabilité en cas de négligence entraînant la mort ou des dommages corporels, mais les parties peuvent convenir que l'une indemnisera l'autre pour cette responsabilité. 

Lors de l'évaluation de toute obligation contractuelle onéreuse aux fins de l'UCTA 1977, il convient d'examiner si elle satisfait au test du caractère raisonnable (article 24), qui comprend des lignes directrices(annexe 2) - en tenant compte des positions de négociation relatives des parties et de la question de savoir si une incitation a été donnée pour convenir d'une certaine modalité. Ces considérations mises à part, les tribunaux sont généralement réticents à interférer avec la manière dont les parties de statut comparable choisissent de contracter l'une avec l'autre, ce qui rend l'interprétation de leurs intentions particulièrement importante. 

Perspectives d'avenir

Lorsqu'il s'agit d'une réclamation relative à la vente ou à la fourniture de biens et de services, il convient d'examiner attentivement la nature et le statut des parties contractantes, la législation applicable et les éventuelles clauses contractuelles particulières qui s'y rapportent. En particulier, il est essentiel de comprendre la différence entre les contrats impliquant des consommateurs et les relations entre entreprises. 

En savoir plus > contactez [email protected] ou [email protected].