Les conditions générales de vente pour les demandes d'entretien et de réparation en Nouvelle-Zélande

23 juin 2022

Partager sur LinkedIn Partager sur Facebook Partager sur X

Par Tai Batchelor, responsable de la responsabilité, Nouvelle-Zélande

Pour les experts en sinistres qui gèrent les sinistres liés aux services et aux réparations, quelle est l'importance des termes et conditions (T&C) lorsqu'ils s'informent auprès d'un assuré ?

En Nouvelle-Zélande, les experts en sinistres impliqués dans les sinistres de responsabilité civile liés à l'entretien et à la réparation sont généralement issus d'une formation en mécanique ou en évaluation/réclamation de véhicules à moteur. S'il est essentiel d'avoir des connaissances en mécanique et de comprendre la cause lors de l'examen d'un sinistre lié à l'entretien et à la réparation, il est tout aussi important d'établir et de signaler correctement les accords contractuels en cause. Pour certains experts en sinistres, il peut s'agir d'un terrain inconnu et ils peuvent donc avoir tendance à accorder moins d'importance à cet aspect de leur enquête. Le résultat de cette attitude pourrait toutefois être préjudiciable au client.

Bien que peu de nos clients nous demandent de commenter les questions de responsabilité juridique et/ou de réponse à la police dans nos rapports, les sinistres liés à l'entretien et à la réparation deviennent de plus en plus complexes - avec souvent plusieurs parties impliquées dans l'évaluation. Il est essentiel que l'expert en sinistres obtienne toutes les informations contractuelles pertinentes relatives aux travaux entrepris à ce moment-là. L'obtention et la communication de toutes les informations pertinentes à cet égard permettent à nos clients d'être dans la meilleure position possible pour prendre en compte la réponse du contrat et la responsabilité juridique potentielle.

Exemples concrets

Récemment, le responsable de la responsabilité civile d'un client s'est demandé si les informations contractuelles communiquées par un expert en sinistres étaient complètes et exactes. Dans son rapport, l'expert en sinistres a déclaré que "l'assuré n'avait pas de conditions générales de vente s'appliquant à l'affaire en question". Or, il s'est avéré que l'assuré avait des conditions générales écrites qui s'appliquaient. Dans ce cas, l'expert en sinistres avait simplement posé la question à la mauvaise personne (l'employé de l'assuré) et avait accepté la valeur nominale de ce qu'on lui avait dit. La réponse donnée aurait pu avoir une incidence considérable sur l'issue du sinistre.

Dans cet exemple précis, le camion forestier d'un tiers demandeur avait subi des dommages irréparables au niveau du moteur à la suite d'une omission de la part d'un employé de l'assuré. Les coûts de réparation étaient estimés à plus de 60 000 dollars et une demande d'indemnisation avait été introduite pour perte d'usage du camion. En vertu d'une déclaration signée figurant dans la demande de crédit du demandeur auprès de l'assuré et des conditions générales associées que le demandeur avait signées et acceptées, les assureurs ont estimé que l'assuré avait limité sa responsabilité contractuelle et délictuelle (négligence) à l'égard du client demandeur pour toute perte ou tout dommage. Cela concerne le coût des services fournis et l'assuré a exclu sa responsabilité pour toute perte consécutive.

Enseignements tirés

Les clients comptent sur les experts en sinistres pour obtenir des informations pertinentes qui leur permettent de prendre des décisions éclairées en matière de réponse à la police et de responsabilité juridique. Lorsque vous demandez des informations contractuelles aux assurés, il est important d'adresser votre demande à la bonne personne. Sinon, comme nous l'avons vu dans l'exemple ci-dessus, vous risquez de recevoir des informations incorrectes, voire faussées.

Les informations contractuelles susceptibles d'être obtenues dans le cadre de l'enquête sur la responsabilité en matière d' entretien et de réparation pourraient comprendre les éléments suivants :

  • Un aperçu de la matrice contractuelle : les noms des parties/entités impliquées, qui a fait quoi pour qui et à quelles conditions, ce qui a été convenu et le prix payé.
  • Devis : ils définissent généralement les travaux convenus et les noms des parties, et peuvent faire référence aux conditions générales de vente et aux spécifications/normes applicables.
  • Bons de travail : ils peuvent également définir les travaux convenus, les spécifications/normes, confirmer les dates et les noms des parties, et peuvent également faire référence aux conditions générales applicables.
  • Factures (pour les travaux originaux) : elles confirment les travaux censés avoir été réalisés (et facturés), le prix payé et les parties, et peuvent faire allusion aux conditions générales applicables.
  • Demandes de crédit : En signant une demande de crédit avec l'assuré, le demandeur (client) peut accepter que les CGA de l'assuré s'appliquent à tous les biens et services fournis par l'assuré. Cela peut constituer une preuve solide de ce que le client a accepté et, en outre, du fait qu'il a lu, pris connaissance et accepté les CGA avant l'achèvement des travaux en question.
  • CGA : Les CGA peuvent limiter la responsabilité de l'assuré au prix des services/biens fournis et/ou exclure totalement la responsabilité de l'assuré en matière délictuelle, contractuelle et pour les dommages indirects.

L'obtention des informations susmentionnées et la rédaction d'un rapport en conséquence peuvent aider un client à déterminer correctement la responsabilité contractuelle/légale de l'assuré (et éventuellement de toute autre personne, à des fins de recouvrement) et à savoir à qui incombent les obligations d'assurance pertinentes. Ces informations, combinées à des renseignements détaillés sur l'association des parties et la façon dont le contrat a été conclu, peuvent également aider le client à décider si les conditions générales mentionnées par l'expert peuvent être appliquées. Heureusement, dans notre exemple de grumier, les CGA de l'assuré (et une copie de la demande de crédit signée) ont pu être obtenues rétrospectivement par l'expert en sinistres concerné. Après avoir examiné attentivement ces documents et les informations de base fournies par l'expert en sinistres, le client a présenté au demandeur une offre reflétant l'étendue de la responsabilité légale de son assuré en vertu des conditions générales applicables - une offre nettement inférieure aux 60 000 dollars (plus la perte de jouissance) réclamés.

En règle générale, lorsque vous entreprenez une enquête sur une demande d'entretien ou de réparation, en particulier dans une situation interentreprises (B2B) impliquant un véhicule commercial utilisé à des fins commerciales, procurez-vous les conditions générales applicables et les documents contractuels associés, et assurez-vous d'adresser votre demande à la bonne personne lorsque vous les demandez.

Avec l'un des plus grands groupes d'experts en responsabilité civile de Nouvelle-Zélande, Sedgwick est prêt à soutenir et à résoudre les défis auxquels les entreprises sont confrontées chaque jour. Pour plus d'informations, visitez notre site web ou lisez la brochure.